Ici, jour après jour, by Mademoiselle d'Avignon

10 septembre 2016

Fin d'été

image

 

 

Oui je sais cela fait longtemps que je n’ai rien publié, mais ici, l’été ne s’est pas du tout passé comme prévu. D’abord il y a eu Lucas et Charlotte qui m’ont annoncé leur départ imminent pour une île lointaine. Et puis ils sont partis. Lui d’abord. Elle, la semaine dernière. J’avoue que pendant quelques jours tout cela fut très perturbant. Aujourd’hui encore je n’ai pas tout à fait réussi à combler ce trou qui s’est formé pile au milieu de mon ventre entre l’endroit où je l’ai senti vivant pour la toute première fois et celui où ça bloque lorsqu’on à la respiration subitement coupée.
Bien sûr il est grand maintenant, bien sûr ce qui compte c’est qu’ils soient heureux, bien sûr on ne fait pas les enfants pour soi,... bla bla bla ! Ce n’est pas si facile. Mais ça va déjà mieux, et dans 112 ans ça ne me fera même plus rien du tout si ça se trouve.

Je vous fais grâce de notre week end tout prés de Nice le 14 juillet et quelques jours plus tard de l'émotion partagée avec Anne quand sa maman s'est éteinte si doucement.

Sinon pour nous, les vacances devaient être bleues comme le ciel, comme la mer, et comme les toits des chapelles de Paros aussi. Mais là encore une surprise nous attendait, une de celles qui font que l’on ne monte finalement pas dans l’avion réservé depuis six mois.
Voilà, c’était un été comme ça. N’en parlons plus.
Le bon côté des choses, s’il faut en trouver un, c’est tout ce temps passé ensemble à la maison et les projets que nous avons imaginés pour elle : un atelier rien que pour moi, une petite serre en fer noir parce que j’ai toujours trouvé ça incroyablement romantique (et aussi pour mettre certaines plantes à l’abris en hiver) et tout autour, un petit jardin potager.

Depuis quelques mois je multiplie les centres d’intérêt autour du végétal. Ça passe par les vertus des huiles essentielles, celles des fleurs de Bach, par la conception de cosmétiques maison, la réalisation de bocaux pour l’hiver, les techniques de bouture, celles qui servent à récupérer les graines,....et tout ça a naturellement amené ce désir de semer, repiquer, voir grandir, partager des choses qui se mangent, qui soignent, qui parfument, bref : qui font du bien.

Inutile de vous dire qu’au stade où nous en sommes le projet global n’est encore qu’un (joli) dessin et que de longs mois seront nécessaires à sa construction mais j’ai passé tellement de nuits sur internet à lire les conseils nécessaires à la création d’un jardin, j’ai acheté tellement de livres, visionné tellement de replay de Stephane Marie, je me suis tellement documentée auprès de ceux qui savent, j’ai pris tellement de notes, que je ne pouvais plus attendre pour mettre les mais dans la terre
Aussi nous avons semé des radis, planté un buisson de verveine, du thym, repiqué une douzaine de salades et un peu de roquette.
Reste à semer des épinards et du persil. Ce sera à peu près tout. L’été qui s’achève ne nous autorise pas grand chose de plus mais je suis heureuse de ce démarrage en douceur. D’ici le printemps j’espère avoir créé un lien plus simple avec cette terre qui m’intimide quand même un peu. A ce jour elle n’a jamais vu fleurir que des roses.
Et puis, dans quelques jours nous pourrons commencer à enterrer les bulbes avant de les oublier jusqu’au printemps. J’ai encore tout l’hiver pour me documenter sur la création de ces bouquets que je rêve déjà d’inventer avec les fleurs de mon jardin.

Pour le moment je m'essaye aux bouquets d'automne avec le peu de  fleurs que cet été trop chaud continue à donner.

image

Mais ma grande source de fierté au jardin ce sont mes salades auxquelles je rends visite plusieurs fois par jour. Elles sont parfaites non ?

image

 

 

Posté par Mademoiselledavg à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


27 juin 2016

Vinaigre et romarin, parce que je le vaux bien

image

Chose promise sur Instagram il y a une semaine, chose due dans les meilleurs délais....désolée j’étais persuadée avoir posté cet article il y a déjà quelques jours.
Bref, pour en finir rapidement avec mes préoccupations capillaires voici une lotion de rinçage, simple et très efficace. Une belle branche de romarin du jardin dans du vinaigre de cidre bio. On ferme le bocal et on l’oublie trois semaines environ. Il suffira ensuite d’en mélanger un peu (un tout petit verre) dans un demi-litre d’eau froide et de procéder à un dernier rinçage sur des cheveux bien essorés : légèreté et brillance garanties. Et pour rassurer tout le monde, aucune odeur de vinaigre ne persiste une fois les cheveux secs.

Posté par Mademoiselledavg à 09:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 juin 2016

Un panier brodé avec mon nom dessus

image

Quand Valérie m’a appelée jeudi matin pour me proposer de la rejoindre sur le marché de Villeneuve j’ai dit oui tout de suite parce que ça faisait longtemps que n’y étais pas allée. Une fois sur place, après ce moment délicieux avec elle autour d’un café au soleil, nous nous sommes baladées et très vite j’ai eu envie de tout acheter. Ce marché est absolument parfait pour trouver de beaux produits dans l’ambiance qu’on attend d’un marché en Provence. Je ne comprendrai jamais pourquoi Avignon n’a pas l’équivalent. Bref pour entasser tout ce qui me faisait envie : les premiers abricots, du fromage de brebis, un pain au sésame croustillant, une grosse brioche bio et fondante, des aubergines grillées, des bouchées antillaises dont les enfants raffolent,.... Pour emporter tout ça, il me fallait un panier. Je l’ai trouvé sur place : pratique, classique, pas cher, mais une fois rentrée à la maison, peut être un peu fade. C’est là que j’ai pensé à eux. Je suis sûre qu’ils ne vous auront pas échappé ces paniers que l’on commence à voir beaucoup, brodés d’inscriptions en tricotin. Je les trouve plutôt sympas. (Si vous ne voyez pas de quoi je parle il y en a à la boutique de l’office de tourisme.)
Alors moi aussi j’ai brodé mon panier, un peu irrégulièrement, un peu maladroitement, mais c’est comme ça que j’aime la broderie. En ce moment je brode tout ce qui me tombe sous la main de toute façon. Je vous montre tout ça bientôt. En attendant je suis très contente de mon nouveau panier. Vivement jeudi prochain !

Posté par Mademoiselledavg à 16:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 juin 2016

Mon savon de Marseille d'Avignon

image

Trouver du vrai savon de Marseille (nécessaire à la réalisation de tout un tas de produits pour la maison) ce n’est pas évident, on en a déjà parlé, mais fabriquer du vrai savon de Marseille... C’est plutôt facile figurez vous.

Pour ce qui me concerne, le plus compliqué a été de surmonter mes inquiétudes parce que faire du savon implique l’utilisation d’un produit dangereux : la soude caustique.
J’en ai acheté un pot dans une droguerie d’un autre âge à Cavaillon. Je passais devant par hasard le jour où je me suis sentie prête à surmonter mes appréhensions d’apprentie chimiste. Avant de me la vendre, le droguiste (avancé en âge et donc sans doute en sagesse) m’a posé des tas de questions : qu’allez vous en faire ? Est ce que vous savez faire ? Pourquoi ? Comment ? ....et m’ a inondée de préconisations : protections, gants, lunettes, ventilation......tout y est passé. Cela n’a pas franchement calmé mes inquiétudes.
En poursuivant mes recherches sur le sujet j’ai lu que la lessive de soude était un peu moins délicate à utiliser puisqu’elle est déjà diluée et j’ai préféré débuter comme ça. Le pot de soude du vieux droguiste est donc toujours intact et bien fermé tout en haut de l’étagère là où ni les enfants, ni le chat ne peuvent accéder.

Bref une fois prises toutes les précautions requises : gants, lunettes, tabliers, portes et fenêtres ouvertes sur l’extérieur, enfants à l’école pour une bonne heure encore, chat enfermé dans une chambre....je me suis lancée.
Il fallait être extrêmement précise. Moi, en tout cas, je me suis mis la pression pour l’être. J’ai pesé et fait fondre au bain marie 252g d’huile d’olive et 98g d’huile de coprah et ai attendu que ce mélange revienne à température ambiante. J’ai pesé 159,95g de lessive de soude et l’ai versée très doucement dans l’huile. Avec un mixer plongeant j’ai mixé pendant quelques minutes, jusqu'à « la trace » c’est à dire jusqu'au moment où la préparation s’épaissit assez pour que le mixer y laisse sa trace (qui a déjà monté des blancs d’oeufs en neige voit bien de quoi je parle).
J’ai versé délicatement dans des moules en silicones et ai attendu 48h pour les démouler (toujours avec des gants) et puis je les ai déposés dans une petite caisse en bois et les ai laissés sécher pendant deux mois. La recette préconisait 4 ou 5 semaines de patience mais ici on n’est jamais trop prudent.

Mon savon de Marseille d’Avignon est plus pâle que celui du magasin et sent un peu moins fort. Il produit en revanche une mousse douce et généreuse très agréable je l’utilise pour faire ma lessive et autres produits ménagers. On m’avait dit que le savon de Marseille desséchait la peau alors j’hésitais un peu mais ces deniers jours je lave mes mains avec régulièrement et tout va bien. Il faut dire que comme le véritable savon de Marseille, mon savon de Marseille d’Avignon contient 72% d’huile végétale. Je me suis laissée dire que l’industrie cosmétique a beaucoup œuvré pour faire une mauvaise réputation au savon quand sont apparus il y a quelques années les produits moussants qui leur revenaient beaucoup moins cher. On a même vu apparaître comme un gage de qualité la mention « sans savon » sur un certain nombre de produits. Comme toujours je vous laisse juge.

Pour ce qui me concerne et forte de cette première expérience je compte bien pactiser avec la soude caustique pour réaliser des recettes plus complexes. Je vous raconterai bien sûr.
En attendant je me concentre sur le packaging. Marseille n’a qu’à bien se tenir.

 

image

 

image

 

Posté par Mademoiselledavg à 01:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

29 mai 2016

Pourquoi je couds

image

Ça me prend toujours de la même manière : subitement et intensément. Pendant quelques jours et autant de nuits je ne pense qu’à coudre, et puis ça passe. Je n’ai jamais appris vraiment, et faire les choses correctement me demande une telle réflexion, une telle concentration que rien d’autre ne peut prendre place dans ma tête.
Quand je couds, je ne sais pas m’arrêter et plus rien n’a vraiment d’importance. Je n’ai qu’un objectif : terminer ce que je suis en train de faire, et quand c’est terminé, commencer autre chose....et ça recommence : je n’ai plus vraiment faim, jamais sommeil, aucune envie de répondre au téléphone ou de regarder un film. De ces phases de vie ou je parviens à faire taire les dix idées minute avec lesquelles je vis depuis toujours, de ces moments où c’est sûr,  je ne pense à rien, je sors toujours plus sereine ( et c’est déjà ça) mais le plus étonnant est que ce sont souvent les moments où j’avance le plus. Tout à coup je sais ce que je vais faire. Cette idée qui me torture depuis des semaines, ce projet que je ne sais pas faire avancer, cette décision que j’aimerai prendre, mais que je ne prends pas,...tout ça trouve sa place sans que je m’en occupe pendant que je retiens ma respiration pour que la piqure soit droite, que j’hésite entre un ruban contrasté ou coordonné, que je m’énerve sur un tissus trop extensible (oui parfois je m’énerve). Le lâcher prise n’est pas ma plus grande spécialité, et pour tout dire – ce serait trop facile- je n’ai pas l’impression de « décider » d’entrer dans une de ces phases de couture effrénée. En revanche, lorsque cela s’impose à moi, lorsque je ne peux réfréner cette envie, c’est finalement toujours pour une bonne raison. Cette fois encore, j’en suis sortie avec les idées claires, avec une décision prise, avec une certaine confiance ....et avec quelques nouveautés dans ma garde robe. Je vous montre l’essentiel :

Un tee-shirt marinière avec des détails fleuris

image

Une blouse classique avec un col cravate à porter sur un pantalon noir

image

Un sweat légèrement pailleté, féminisé avec un peu de dentelle et un fil corail.

image

Et puis j’ai transformé cette chemise en robe confortable

image

image

Pour finir j’ai rallongé ce petit pull que je trouvais trop court avec une très belle dentelle ramenée de Bangkok et pour un peu de couleur j’ai brodé un cœur rouge.

image

image

 

Posté par Mademoiselledavg à 23:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


22 mai 2016

Mes recettes pour des vaisselles qui sauveront peut être la planète

image

Parce que Charlotte me l’a demandée je vous donne aujourd’hui la recette que j’utilise pour faire du liquide vaisselle :
Rien de plus simple : il faut râper et faire chauffer dans un fond d’eau un peu de vrai savon de Marseille (environ 15g) jusqu’à ce qu’il fonde. Laisser tiédir, ajouter 10 gouttes d’huile essentielle de citron. Bien mélanger. Ajouter une cuillère à café de bicarbonate de soude et une cuillère à soupe de cristaux de soude. Mélanger à nouveau. Verser dans un joli flacon vide de 250 ml. Compléter avec de l’eau tiède. Remuer. C’est prêt !
C’est important que le flacon soit joli parce qu’on s’en sert 10 fois par jour. J’aime bien le mien. Je l’ai acheté dans une petite boutique à Saint Rémi de Provence, mais je ne sais plus exactement laquelle. Ceci dit un ancien flacon recyclé fera très bien l’affaire
Ce liquide vaisselle est parfaitement écologique (et économique) mais demande une petite adaptation dans la mesure où il est plus liquide et moins moussant que celui du commerce.
Il est très facile à réaliser et est efficace dans 99 % des vaisselles. Pour la centième, celle qui est vraiment très très grasse.... il faudra avoir recours au produit du commerce ou choisir l’option du lave vaisselle.

image

Ok personne ne m’a rien demandé mais puisqu’on parle vaisselle je vous donne aussi la recette hyper simple et efficace des dosettes pour le lave vaisselle.
Pour 10 dosettes environ il faut mélanger 4 Cs d’acide citrique, 4Cs de cristaux de soude, 4Cs de savon de Marseille finement râpé, 2 Cs de percarbonate et 20 gouttes d’huile essentielle de citron (même si vous ne connaissez pas ces produits sachez qu’ils se trouvent très facilement dans n’ importe quelle droguerie).
Il suffit ensuite d’humidifier ce mélange en vaporisant de l’eau petit à petit tout en remuant jusqu'à l’obtention de quelquechose qui ressemble à du sable mouillé. Reste à déposer dans un bac à glaçons et à laisser sécher quelques heures jusqu'à ce que le démoulage soit facile. C’est tout !

Ça aussi ça fait partie de ton plan pour sauver la planète ? M’a demandé Nathan dubitatif (et peut-être un chouïa ironique) la première fois qu’il m’a vue démouler ces pastilles home made. Et j’avoue que si la formulation m’a fait sourire franchement elle m’a aussi donné l’opportunité d’évoquer avec lui l’importance de ces tout petits gestes qui mis bout à bout.... Ici en tout cas, nous en voilà convaincus

Posté par Mademoiselledavg à 21:50 - Commentaires [5] - Permalien [#]

08 mai 2016

Je fais (aussi) mes cosmétiques maison

image

Il me semble que faire ses cosmétiques soi même n’a que des avantage.
La garantie de la qualité des matières premières, le plaisir de faire, le plaisir d’offrir ces produits, le prix, l’absence de perturbateurs endocriniens, colorants et parfums synthétiques, le respect de l’environnement, et les recettes personnalisées que vous aurez vite envie de tenter, tous ces avantages ne sont rien à côté de l’argument majeur : l’efficacité des produits obtenus
Pourquoi ? Parce que lorsque vous achetez une crème dans le commerce vous achetez essentiellement de l’eau (qui n’entre pas dans là compositions des produits faits maisons au bénéfice de produits tous actifs), parce que lorsque vous utilisez de l’acide hyaluronique (par exemple) vous l’utilisez vraiment et dans la plus grande proportion recommandée quand les crèmes du commerce en contiennent bien souvent juste assez pour avoir le droit d’en mentionner le nom sur la boite. Cette jolie boite, le packaging en général, le marketing et la publicité qui nous font rêver, représentant, vous le savez bien, plus de la moitié du prix du produit.

Les laboratoire, on les comprend, font tout pour nous laisser croire que la réalisation de cosmétiques est très complexe et affaire de scientifiques sur-diplômés. Si demain les cuisiniers professionnels vous déconseillaient de cuisiner chez vous sous peine de vous empoisonner, vous réagiriez comment ?
Un peu comme en cuisine la réalisation de cosmétiques maison demande de respecter des règles d’hygiène rigoureuses, de choisir des matières premières de bonne qualité, et, dans un premier temp, de suivre scrupuleusement une recette.
Ce n’est pas plus compliqué que ça.

D’ailleurs, comme en cuisine, avant de se lancer dans la réalisation de recettes complexes on peut commencer par assembler des éléments de bonne qualité et les consommer tout de suite. De la même manière qu’avec un très bon pain, un peu de beurre fermier et quelques éclats de truffe on peut faire la plus chic et la meilleure des tartines. On peut réaliser des produits cosmétiques de qualités sans «cuisiner ». Je vous donne quelques pistes aujourd’hui et la prochaine fois, c’est promis, je vous dis comment mettre les petits plats dans les grands.

Pour commencer n’hésitez pas à investir un peu plus d’un euro dans du bicarbonate de soude alimentaire. Ici, non comptant d’intervenir dans la confection de nombreux produits d’entretien (on y reviendra), de soulager les maux d’estomac (une cc dans un verre d’eau), de soigner les aphtes et autres bobos de la bouche (même recette mais en bain de bouche cette fois) et de faire mille autres petits miracles au quotidien, le bicarbonate de soude a aussi sa place dans la salle de bain. Saupoudré sur du dentifrice pour une bouche saine et un plus joli sourire, mélangé à du shampooing dans le creux de la main pour n’avoir besoin que d’un shampooing au lieu de deux... Il rend de précieux services à l’heure de la toilette.

Mais ce que l’on sait moins, c’est que mélangé, dans le creux de la main toujours à une huile végétale il permet le plus sain et le plus efficace des gommages. Quelle huile ? C’est là tout l’intérêt de la recette. Vous la choisirez en fonction de votre peau et de ses besoins du moment : amande douce pour assouplir, germe de blé pour nourrir, noisette en cas d’acné, argan pour prévenir les rides.... Ma chouchoute pour le visage c’est jojoba. Elle est réputée pour donner de l’éclat à la peau mais surtout, Je trouve qu’elle est beaucoup moins grasse que toutes les autres .... à chacune de trouver la sienne.
Sur le visage il faut masser doucement de l’intérieur du visage vers l’extérieur, sans trop frotter pour ne pas irriter la peau. Une fois le gommage bien rincé à l’eau vous pouvez passer un peu d’eau florale ou mieux appliquer un masque pendant 3 minutes, s’il vous reste 3 minutes. La recette du masque c’est pour la prochaine fois . Mais très vite c’est promis.

Préparée juste avant la douche dans un petit pot, une pâte réalisée avec les deux mêmes ingrédients (huile végétale et bicarbonate) fait un excellent gommage pour le corps et laisse la peau douce, lisse et nourrie en même temps. On peut même ajouter deux ou trois gouttes d’une huile essentielle bien choisie : orange douce pour un parfum qui rend positif, lavande pour apaiser, tea tree pour faire disparaître les petits boutons, pélargonium contre la cellulite.....
Les huiles essentielles ont des vertus incontestablement très puissantes elles doivent être utilisées avec parcimonie . Trois gouttes (pas plus) d’huile essentielle donneront à votre gommage plus de principes actifs qu’on n’en trouve dans la plupart des produits du commerce.
Attention ! d’une manière générale : Pas d’huiles essentielles pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 3 ans. Avant d’utiliser une nouvelle huile essentielle j’en applique une goutte au creux du coude pour vérifier que je ne ferai pas de réaction allergique.

Allez hop, à la douche ! Et vous me direz ce que vous pensez de tout ça.

05 mai 2016

Alice

image

Elle est jolie Alice, mais elle ne le sait pas encore alors quand on veut la prendre en photo elle se recroqueville un peu sur elle même comme pour se faire toute petite, comme pour prendre moins de place sur la photo. Là, un papillon sur l’épaule elle ne pouvait pas bouger d’un millimètre sous peine de le voir s’envoler. J’ai dit «lève la tête » et en le faisant, comme ça sans réfléchir, elle a eu un si joli sourire !
Elle est jolie Alice mais elle ne le sait pas encore alors plutôt que de faire des selfies toute la journée elle développe des qualités incroyables : elle a un goût très sûr pour les belles choses, elle a fait de sa chambre un univers incroyablement poétique, elle sait s’habiller, choisir un bracelet, attacher ses cheveux, et tout ça avec tellement de délicatesse !
Et puis derrière cette façade rose et poudrée, il y a une telle force, une telle envie de faire et une telle détermination à bien faire, que ça non plus elle ne le sait pas encore, mais la jolie Alice est en train de devenir une belle personne. Et le papillon qui s’est posé hier sur la manche de sa tunique brodée à peut être reconnu chez elle cet instant magique, celui qu’il a déjà vécu juste avant de déployer ses ailes.
Comme lui hier, en regardant cette grande petite fille, je me disais : elle est jolie Alice, elle ne le sait pas encore, mais demain où la semaine prochaine, elle saura, et déjà on passera à autre chose.

Posté par Mademoiselledavg à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2016

Machinite et lessive maison

 

image

J’ai une maladie grave et je dois dire qu’elle n’est pas en accord du tout avec mes aspirations écolo : ça s’appelle la machinite. Ca se manifeste tous les jours de ma vie, plusieurs fois par jour même quand j’ai un peu de temps : il faut que je lave du linge ! C’est comme ça, c’est irrépressible. Dans cette maison les pyjamas des enfants ne servent qu’une nuit avant d’atterrir dans le panier, et mes respirations les plus profondes se font le nez dans le linge propre....je ne l’explique pas mais j’adore ça. J’ai peut être été lavandière dans une autre vie.

Là où j’allais en vacances quand j’étais enfant au siècle dernier, il y avait un lavoir. Il ne servait plus tous les jours bien sûr (l’histoire que je raconte se déroule plutôt à la fin du siècle dernier), mais de temps en temps, peut être juste pour le plaisir, quelqu'un venait encore y faire une lessive, battant le linge sur les plans inclinés de pierre lisse et brillante, troublant d’un blanc d’opale l’eau glaciale de la source avec ce savon de Marseille qui sentait si fort. J’adorais traîner de ce côté du village les jours de lessive et aujourd’hui encore, l’odeur du propre pour moi, c’est celle-là.

Je vous rassure tout de suite je n’ai pas l’intention de retourner au lavoir, sinon pour la balade, mais pour retrouver cette sensation olfactive en me livrant à mon jeu favori du « je fais tout moi même » je fabrique ma lessive. Ca fait au moins trois mois que j’ai commencé et si je vous livre aujourd’hui ma recette c’est parce qu’elle a été testée et retestée ici avec succès. Elle est parfaite.

La première chose à faire est de se procurer du VRAI savon de Marseille. Ce n’est pas si facile quand on sait qu’en la matière on ne peut pas se fier à ce qui est écrit en gros sur l’étiquette. L’appellation n’est pas protégée et 95% des produits vendus comme étant du savon de Marseille (ou pire, du « véritable» savon de Marseille) n’en sont pas... c’est ahurissant. Donc avant d’acheter il est important de lire la composition et d’y trouver 72% d’huile végétale (majoritairement de l’huile d’olive dans l’idéal), de la soude.... Et c’est tout !!

Bref pour revenir à ma lessive, il suffit de râper (moi je le fais dans le mixer) 50 grammes de savon de Marseille, de le faire chauffer doucement dans ½ litre d’eau pour qu’il fonde, d’ajouter 3 cuillères à soupe de bicarbonate de soude de mixer doucement (sinon ça mousse et ça déborde) de rajouter 1 litre d’eau et de laisser refroidir.
On peut ajouter maintenant des huiles essentielles qui ont une action antiseptique ou odorante mais pas plus de 30 gouttes au total. Moi je mélange du tea tree, du citron et de l’eucalyptus. Attention. S’il y a un bébé dans la maison c’est lavande fine et rien d’autre. Cette huile essentielle est l’une des rares à ne pas présenter de contre indication pour les enfants de moins de deux ans).

On ajoute encore un demi-litre d’eau. On mixe doucement une dernière fois (moi je fais toute la recette dans le Thermomix en fait)
Délicatement parfumée au savon de Marseille et dotée des principes actifs naturels des huiles essentielles choisie, la lessive peut être versée dans un ancien bidon de lessive propre (recyclons ! ).
Elle est d’abord très liquide mais elle épaissira dès demain. De temps en temps je secouerai peut être le bidon avant de m’en servir pour l’homogénéiser.
Pour l’utiliser, je remplis une boule en plastique de cette lessive et une autre plus petite avec du vinaigre blanc et je les mets directement avec le linge.
Ça ne prend pas beaucoup de temps, c’est très efficace, totalement écologique, très économique, très respectueux pour la peau. Je ne reviendrai jamais en arrière. Vous essayez ?

image

Le lavoir de mon enfance est aujourd'hui abandonné aux herbes folles et aux fleurs sauvages.

Posté par Mademoiselledavg à 20:21 - Commentaires [4] - Permalien [#]

29 avril 2016

Entre motifs origami et sashiko ....

image

 

je ne me suis toujours pas mise au sport, ni à la méditation, mais pour me détendre (c’est une indication thérapeutique) je crois que j’ai trouvé quelquechose de particulièrement efficace : la broderie.
Je vous assure que cette sorte de yoga des doigts fait des merveilles sur l’esprit.

Ça fait longtemps que j’avais envie de me lancer, mais si le geste me tentait, je n’ai encore jamais ressenti le moindre désir pour un abécédaire au point de croix ou une scène de chasse au canevas.
Pour amener un peu de modernité (et parce que j’avais vu de si jolies choses sur le compte Instagram de lundisylv) j’ai commencé à broder des formes géographiques. Très vite, j’ai dû admettre que ma technique (balbutiante) ne me permettait pas encore la régularité et la précision que requiert l’exercice.
Alors j’ai pensé à ces dessins style origami que l’on voit beaucoup mais que j’aime bien. Et en quelques coups d’aiguille j’avais fait quelquechose qui me plaît et qui plaît à Arthur au point de vouloir essayer lui aussi.
Et quitte à broder des japonaiseries j’ai maintenant très envie d’essayer le sashiko. Vous connaissez cette technique ? C’est une broderie répétitive, géométrique, blanche, mate et traditionnellement réalisée sur du tissus bleu indigo. J’adore. Cette technique a plus de 1500 ans Elle servait au départ à réparer joliment des vêtements trop usés. Certaines pièces sont de véritables œuvres d’art... Moi, bien sûr, je ne fais que débuter.

image

Posté par Mademoiselledavg à 23:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]