image

Trois mois pour arrêter de courir partout, me poser au chaud, et réfléchir en dehors du cadre.

Bien sûr j’aime mon job, je l’aime vraiment. Mais puisqu’il semble que les choses se compliquent, je me suis accordé le droit plaisir de penser autrement.

De quoi je dispose ?
Qu'est ce que je sais faire ?
Qu’est ce que j’aimerai savoir faire ?
Qu’est ce qui est important ? Nécessaire ? Urgent ?
Par quoi je commence ?
Comment je m'y prends ?

Ici, jour après jour, puisqu’un peu plus de temps m’était donné j’ai commencé à regarder autour de moi. Je n’ai rien découvert dont je ne soupçonnais l’existence évidemment, mais j’ai pu dresser une sorte de grand livre de mes ressources.

Sur la première page il y a deux petits grands garçons qui sont rentrés seuls de l’école hier pour la première fois, et un autre garçon, très très grand celui-là, qui vient de s’installer à quelques centaines de mètres d’ici avec la toute jeune femme qu’il aime et qu’il va épouser aux beaux jours.
Il y a encore celui que j’ai choisi délibérément pour le meilleur et seulement pour ça.

Et puis Il y a notre maison-refuge, son jardin, ses feux de cheminée, sa cuisine assez grande pour y recevoir les amis, le lit château fort que nous allons démonter très bientôt : ces enfants là n’ont plus l’âge de se rêver en chevaliers.

Pour finir, il y a enfin les bricoles de Mademoiselle d’Avignon que j’ai aimé réaliser, mais aussi photographier, raconter, soumettre à votre regard toujours bienveillant


Souvent on m’a demandé d’expliquer comment je faisais. Je ne suis pas vraiment pro pro du tout, je n’ai pas inventé grand chose mais j’ai dix envies par jour, des idées, et j’ai accumulé des infos en pagaille, des expériences plus ou mois réussies, des livres, des tutos, des bonnes adresses....
Sur Facebook, et Instagram, j’aime bien montrer ce que je fais. Ici j’essaierai d’expliquer comment je m’y prends avec le secret espoir de donner à d’autres l’envie de se lancer ... Parce que ça rend heureux.

Pendant le temps qui m’a été offert j’ai fabriqué de jolies choses, en tous les cas j’ai essayé de toute mes forces, j’ai appris à tisser, à faire du pain, j’ai passé du temps avec les gens que j’aime. Plus qu’avant. Mieux qu’avant. J’ai rangé les placards les armoires et le grenier, J’ai regardé les enfants partir à l’école le matin en me demandant avec délice ce que j’allais faire de tout ce temps et j’ai toujours trouvé. J’ai préparé leur retour chaque jour avec une petite surprise, des crêpes, ou un pot de pâte à tartiner au chocolat maison rebaptisée ici Mumutella . J’ai vu a quel point ils avaient grandi déjà.

Pendant ce temps-là j’ai aussi réfléchi à ce que nous mangeons, à ce que nous achetons. Je ne suis pas une intégriste du bio et de made in France .... Mais quand même ces images de pseudos poulets sans plume agglutinés dans des cages et pire, de ces enfants du bout du monde condamnés à la torture pour que je puisse m’offrir un trentième pantalon noir à moins de 30 euros .... Ça ne rend pas très fier de l’humanité. On devrait pouvoir faire mieux que ça non ? Je vais essayer de faire au moins un peu mieux.

Pendant ce temps-la j’ai retrouvé le goût d’écrire aussi .

A très vite